Que l’on soit contre ou avec les gilets jaunes, leur révolte pointe du doigt des difficultés bien réelles. Un des principes fondamentaux de fonctionnement des régimes de démocraties représentatives semble complètement décrié : celui du rôle des élus à représenter la population et leurs revendications auprès des gouvernants. Ce constat ne date pas d’hier et ne sera pas développé ici. Toutefois, cette crise de représentativité politique peut s’élargir à un autre organe primordial des démocraties contemporaines : les médias. Le mouvement des gilets jaunes a aussi frappé par la recrudescence d’épisodes de violences. Que la faute provienne de “professionnels de la casse’’ ou de citoyens ordinaires, une des cibles de ces violences physiques, verbales ou numériques, sont les journalistes. La violence, quelle qu’elle soit n’a jamais apporté, n’apporte pas et n’apportera jamais de solutions respectueuses, efficaces et immédiates. En revanche, la méfiance, la défiance, voire la violence, ont une signification. Le sentiment d’abandon général, ces personnes le perçoivent aussi dans le monde médiatique, qui serait soumis à la cause des plus puissants, au détriment d’une information qui se voudrait “plus proche du peuple’’. Sommes-nous tombés dans une crise de la représentation médiatique ?

Dans une société toujours plus pessimiste pour l’avenir des jeunes, il semble bon de garder des projets et de faire ce qu’il vous plait. Beaucoup de jeunes aujourd’hui, dans le monde entier, n’osent pas rêver, n’osent pas se lancer dans ce qui les a toujours motivé. Pourtant, certains se jettent à l’eau et cela leur réussit plutôt bien. Prenons exemple : Le Halo Magazine a rencontré une jeune espagnole, Sandra González Nicolás, qui a réalisé son rêve et créé sa propre marque de vêtements.

À la suite des élections de mi-mandat, mardi 6 novembre 2018, aux États-Unis, le pays est plus fracturé que jamais. Depuis 2016, sous la tutelle de Donald Trump, les Américains ne sont plus d’accord sur rien. Les Républicains autant que les Démocrates ont atteint le point le plus extrême de leur parti respectif. Au Texas, l’élection a pris un tournant inattendu.