Un Roland comme sur des roulettes pour Halep et Nadal

L’édition 2018 de Roland Garros, le tournoi du grand chelem qui conclut la saison sur terre battue, ne semble avoir offert que très peu de surprises. Marqué par les éliminations rapides des joueurs français, l’élite tennistique mondiale a tenu son rang Porte d’Auteuil. La paire Herbert-Mahut a néanmoins remporté le titre en double homme après une finale maîtrisée (6-2/7-6). La belle réussite du duo français peine cependant à éclipser le manque de résultats en simple, chez les femmes comme chez les hommes. Retour sur ces deux semaines de compétition.

Paris s’est d’abord retrouvé orphelin de la légende Roger Federer, en fin de carrière, et de Jo-Wilfried Tsonga, l’une des stars françaises du circuit. La couleur orange de la surface des cours a rappelé celle des arbres en automne dont les branches ne peuvent que constater avec désappointement la perte de leurs feuilles. Les fans de tennis n’ont pu ainsi que constater la chute des joueurs français pendant cette quinzaine. Chez les femmes, Caroline Garcia, septième joueuse mondiale, a subi la puissance des bourrasques de l’Allemande Kerber en huitièmes de finale (6-3/6-2) et n’a pu s’accrocher malgré un début de tournoi solide et une ambition affichée de bien figurer cette année. Les autres Françaises habituées du circuit comme Cornet ou Mladenovic n’ont pas dépassé le stade du troisième tour. Un parcours équivalent pour leurs homologues masculins. Lucas Pouille, le Français le mieux classé (16ème mondial), s’est fait sortir par le numéro 38 mondial au troisième tour. Le match pouvant résumer symboliquement le parcours des joueurs français est celui entre Gaël Monfils et David Goffin qui s’est retrouvé être à l’image du tennisman. Dominant 2 sets à 1, Monfils a craqué physiquement, les mains sur les genoux entre chaque point, presque à l’agonie (il avait vomi lors de l’interruption du match par la pluie et la nuit) dans le quatrième set dans lequel il n’a pas su concrétiser quatre balles de matchs contre la tête de série numéro 8. Il s’incline finalement en cinq set (6-7/6-3/4-6/7-5/6-3). « C’est rageant » affirme t-il après coup, rageant aussi pour les amateurs de tennis qui cherchent, année après année, un successeur à Noah et à Mary Pierce, les plus récents vainqueurs français du tournoi. La paire Herbert-Mahut a pu néanmoins raviver la flamme française en conquérant le titre en double homme, un trophée qui s’ajoute à leurs victoires à l’US Open et à Wimbledon. Il ne leur manque maintenant que l’Open d’Australie pour compléter la vitrine. La finale ne semble pas avoir suscitée l’engouement souhaité avec 1,67 million de téléspectateurs, légèrement moins que la finale du simple dame programmée juste avant.

Accueillant toujours plus de visiteurs (480 000 cette année selon les organisateurs), des critiques ont pu se faire entendre sur la présence, ou plutôt l’absence, de ces visiteurs dans les gradins pendant les matchs et notamment des places VIP en bas de tribunes [1]. Un paradoxe que le président de la Fédération Française de Tennis (FFT), Bernard Giudicelli, souhaite endiguer. La rénovation du court Philippe Chatrier, l’arène des finales et des matchs phares du tournoi, pourra permettre aux spectateurs de se restaurer ou d’aller aux toilettes sans quitter le stade, ce qui est évalué comme la raison principale de la désertion des tribunes, alors qu’un sondage récent montre que 93 % des amateurs de tennis souhaitent davantage de places pour eux. L’extension du court devrait ainsi favoriser ces demandes ainsi que la construction d’un toit d’ici 2020 permettra de contrer les caprices de la météo.

La finale dame a vu s’affronter l’Américaine Sloane Stephens, peut-être la relève des sœurs Williams et la joueuse roumaine Simona Halep, numéro une mondiale sans avoir gagné un tournoi du grand chelem avant cette année. Après un début de match tout en puissance de Stephens, Halep a fait preuve d’un mental d’acier pour défendre chaque attaque de son adversaire et se battre sur tous les points pour renverser la vapeur et s’imposer deux sets à un avec un dernier set rapide et efficace (3-6/6-4/6-1). Elle remporte ainsi son premier tournoi majeur après deux défaites en finale à Roland Garros en 2014 et 2017, et 10 ans après son sacre chez les juniors. Elle consolide ainsi sa place au sommet du classement féminin. Chez les hommes, Rafael Nadal, roi des rois de la terre battue, a usé de la fameuse puissance de son coup droit pour remporter sa onzième coupe des Mousquetaires en quatorze participations, au terme d’une finale dominée de bout en bout face au jeune espoir du tennis mondial Dominic Thiem (6-4/6-3/6-2). Tellement impressionnant que cela peine sans doute à susciter de l’intérêt pour le public, lassé. A noter également la très belle performance de l’italien Marco Cecchinato, 72e mondial avant le début du tournoi, qui n’avait auparavant remporté aucun match dans un tournoi du grand chelem. Il s’est hissé jusqu’en demie-finale en éliminant notamment un certain Novak Djokovic, ancien numéro un mondial, rien que ça.

Cette édition présente ainsi toutes les caractéristiques d’un Roland Garros classique : la victoire des deux numéros un mondiaux et les faibles performances des joueurs français, en simple. La proximité de la Coupe du Monde a peut être aussi préoccupé davantage les esprits. Dans l’attente de vivre un événement fédérateur avec une ferveur populaire autour de ses sportifs, les amateurs de tennis restent dans l’attente d’un beau parcours d’un joueur de tennis français.

Milan Derrien

[1] http://www.leparisien.fr/sports/tennis/roland-garros-et-la-politique-de-la-chaise-vide-10-06-2018-7763721.php

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s