« Les Indestructibles 2 » : nouvel opus pour la célèbre famille de superhéros

Nouveaux costumes, nouvelles techniques, nouveaux méchants : les indestructibles reviennent. EN-FIN ! Le 4 juillet 2018, la famille en rouge et noire s’offre un comeback magistral sur grand écran. Pour ce deuxième volet tant attendu, le réalisateur Brad Bird réinvente Les Indestructibles y insérant ingrédients illustres et zestes de nouveautés. De quoi raviver nos souvenirs et nous donner l’eau à la bouche. Nostalgie, folie, rêverie, frénésie … Tout ça garanti !

L’ère des « supers » est révolue. Le programme Rick Dicker qui employait autrefois ces héros hors du commun est désormais abrogé. Lassés, les médias ternissent leur image. Blasée, la population oublie leur dévouement loyal. Désormais négligés, c’est le chômage. Ainsi, à l’apogée de la désolation, alors que tout semblait sans espoir : Winston Deavor. Fan de supers héros, il inverse les rôles et vole à leur secours. Son plan : changer leur image auprès de l’opinion public. Son atout : Elasticgirl (maman indestructible) qui bravera d’abord seule le danger, puis avec le reste de sa « teamfamily ».

Donc, un bon programme qui s’offre à nos yeux et à nos oreilles. Les Indestructibles 2 est un défi de taille. On attend de lui qu’il soit aussi bon (ou presque) que le premier opus, véritable réussite. Et après visionnage, réflexion, délibération c’est un OUI en gros et grand et advienne que pourra. Le cadet de la saga est tout simplement brillant. Il respecte les codes de son aîné et transgresse les règles du film d’animation pour effleurer du bout des doigts un genre cinématographique plus traditionnel. Ainsi, on apprécie les personnages qui évoluent tel des êtres faits de chair et d’os et leurs problématiques à résonances familières.

Un point qui n’a pas manqué d’attirer notre attention. Les indestructibles 2 est aussi un film moderne dans sa façon d’aborder la vie en générale. Il nous offre une conception du rôle de l’homme et de la femme dans la famille qui fait du bien. Avec humour, il souligne et encourage donc deux faits plus communs au sein de nos ménages actuels : une maman qui travaille et un papa au foyer. Non seulement il montre que cela est possible, mais en plus il illustre la difficulté que représente l’éducation de jeunes enfants. Si d’ordinaire ces derniers ne rendent pas la vie facile à leurs parents, alors avec des pouvoirs en plus, tout devient plus complexe.

Pour finir, obligation de saluer les performances incroyables des voix animés. On relèvera particulièrement la prestation de Amanda Lear dans la peau d’Edna Mode. Son côté roc et direct et son bagou d’enfer nous avez bien manqué. Également la voix douce et légère de Louane, parfaitement adaptée. Une grande première pour la chanteuse de 21 ans qui affirmait à ce sujet : « J’aime cet exercice car la seule chose qui va être jugée est ma voix. Je peux donc donner ce que je veux. Il n’y a aucun rapport au corps. » [1]

Les Indestructibles 2 est donc un film à voir. Il nous fait revenir quatorze ans en arrière avec une bande originale mythique (Michael Gioacchino), des décors (Josh Holtsclaw) et un montage (Stephen Schaffer) alliés à la perfection et une histoire indémodable. Le tout ponctué de beaucoup d’humour, d’adrénaline et d’émotion. Alors, quand le générique final tombe, tout ce que l’on espère est un troisième volet.

[1] Interview : SpotMag Disney Channel

Alice Gapail

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s