Tekashi 6ix9ine en prison, sa date de procès annoncée : bilan d’une année trouble

Tekashi 6ix9ine ou 6ix9ine, un nom de scène surprenant tout autant que son personnage. Daniel Hernandez est un rappeur américain de 22 ans d’origine mexicaine et portoricaine. Il s’est fait connaître par le clip musical « Gummo » le 8 octobre 2017 et, depuis, ses clips accumulent plus d’un milliard de vues sur Youtube. Sa production musicale au style hip-hop et trap n’est pas la seule raison de sa popularité. 6ix9ine (prononciation : six-nine) fait l’objet de nombreuses polémiques, notamment des conflits judiciaires et avec son entourage.

Son physique et son style de rap sortent de l’ordinaire, sa carrière est basée sur cette démarcation : des cheveux de toutes les couleurs, des tatouages « 69 » sur plusieurs parties de son corps, et une manière de rapper devenue propre à l’artiste. En effet, il est connu pour « crier » dans ses musiques, notamment les plus connues comme dans « Gummo ». En un an, Daniel Hernandez a enchaîné les collaborations, notamment à l’international. Vladimir Cauchemar, Anuel AA, Nicki Minaj, SCH, Kanye West, Capo, Lacrim : tous ont travaillé avec 6ix9ine. Ces artistes, de différentes nationalités : françaises, portoricaines, afro-américaines, allemandes, produisent des musiques aux styles bien différents et sont, pour la plupart, connus internationalement. Certains sont des chanteurs pop, d’autres des rappeurs ou encore des DJ. La majorité d’entre eux ont collaboré avec 6ix9ine sur son album nommé « Dummy Boy » (garçon idiot, en français). Sa sortie était annoncée le vendredi 23 novembre, mais elle a été repoussée à la suite de poursuites judiciaires, et de conflits entre 6ix9ine et son équipe.

Alors que le 19 novembre, il publiait la liste des titres de son prochain disque, il a finalement posté trois jours après sur Instagram : « En raison des circonstances qui sont hors de notre contrôle, nous avons décidé de reporter la sortie de l’album de Tekashi 6ix9ine «Dummy Boy» jusqu’à nouvel ordre. » Pour cause, le rappeur s’est fait arrêter le 18 novembre car il est accusé d’appartenir au gang Nine Trey Gangsta Bloods et d’avoir participé à plusieurs de leurs crimes : des vols, notamment à main armée, trafics de drogue, port d’arme illégale, ou encore des fusillades, dont une dans la salle omnisports Barclay et une autre alors qu’un passant a été blessé. Le jour de son arrestation par le FBI, son avocat Lance Lazzaro demande sa libération en échange d’un million de dollars de caution et le placement de Daniel Hernandez dans une résidence surveillée. Le procureur adjoint Michael Longyear refuse cette demande car le rappeur représente selon lui « un danger pour la communauté ». Une décision prise également en raison d’une période probatoire depuis 2015 pour détournement de mineur. La date de son procès a été fixée par le tribunal pour le 4 septembre 2019.

Belonging to the group

Encourant une peine pouvant aller jusqu’à la perpétuité, l’enjeu du procès est de déterminer si 6ix9ine appartient ou non aux Nine Trey Gangsters Bloods. En ce sens, son avocat déclarait il y a une semaine : « le fait que mon client soit un artiste qui joue d’une « image de gangster » pour promouvoir sa musique ne fait pas pour autant de lui le membre d’une entreprise criminelle », puis « il n’a d’ailleurs rencontré aucun (des membres du gang) avant septembre 2017 », la date à laquelle sa carrière a débuté. C’est pour cette raison que le rappeur a plaidé non coupable pour les chefs d’accusation qui lui sont reprochés. En revanche, le tribunal de Manhattan affirme qu’il serait lié au gang depuis 2013 et qu’il aurait participé à de nombreuses activités illégales : des propos démentis par son avocat, les qualifiant de « mise en scène ».

Par ailleurs, il a été impliqué à de nombreuses reprises dans des conflits avec des rappeurs américains tels que Trippie Red, Kodak Black ou encore Chief Keef. De plus, le 11 juillet 2018, au retour de sa tournée européenne, il s’est fait arrêter à l’aéroport John-F Kennedy par la police départementale de New York. Tekashi aurait étranglé en janvier dernier un adolescent de 16 ans nommé Santiago Balbarran à son concert au Galeria Mall d’Houston, au Texas. Le rappeur n’aurait pas apprécié d’être jugé par ce dernier qui le filmait. Puis, le 19 juillet, le rappeur est victime d’un enlèvement à la sortie du tournage d’un clip : les ravisseurs l’ont emmené à son domicile pour lui voler entre 15 et 20 000 dollars en liquide et 750 000 dollars en bijoux. Le 26 octobre, le procès de 6ix9ine découle sur 4 ans de mise à l’épreuve et 1000 heures de travaux d’intérêt général. Il lui est également demandé de ne plus fréquenter ni faire la promotion de son gang « Nine Trey », affilié au gang les Bloods. C’est-à-dire que 6ix9ine n’a plus le droit de dire son fameux « It’s f*cking Tr3yway » dans ses chansons ou encore sur les réseaux sociaux. De plus, son ancien manager « Shotti » ou « Tr3yway » est également aujourd’hui en procès et aurait volé plus de 2,2 millions de dollars au rappeur.

Tightness

C’est d’ailleurs le 26 novembre dernier que sa comparution a eu lieu au tribunal Thurgood Marshall de Manhattan, cinq de ses anciens partenaires comparaient également. Notamment Shotti, qui a déclaré ne pas souhaiter collaborer : “On ne se couche pas, on ne se plie pas, on ne se brise pas. C’est Tr3yway!” . Le média américain TMZ a d’ailleurs dévoilé une archive vidéo de Daniel Hernandez ordonnant le meurtre du cousin de Chief Keef. 6ix9ine était entré en conflit avec ce dernier et son entourage. Cette vidéo n’améliora pas sa situation, d’autant qu’il fut transféré dans une autre prison. Par la présence de membres des gangs américains Crips et Bloods, il ne sentait pas en sécurité.

Historiquement, ce sont deux gangs en guerre à travers les Etats-Unis. 6ix9ine est, lui, membre des Bloods. Plus qu’un ennemi par défaut des Crips, il rentre en conflit cet été avec le rappeur YG, membre des Bloods : ce dernier refusant les revendications d’appartenance du rappeur mexicain au gang.

De plus, la prison dans laquelle il a été transféré est réputée pour enfermer des prisonniers qui collaborent avec la justice. Depuis, le rappeur se fait insulter de « balance » sur les réseaux sociaux. Les fans du rappeur tentent, eux, de rappeler qu’en un an il a financé la construction d’une école au Mexique, donné de l’argent à des sans-abri à Chicago, a rencontré et aidé financièrement une petite fille de 8 ans fan de lui, atteinte de cancer, ou encore organisé des concerts gratuits pour celles et ceux qui étaient financièrement incapables de se payer une place. Pendant ce temps, le rappeur américain YG, de son vrai nom Keenon Daequan Ray Jackson, déclare publiquement lors d’un concert « Je ne souhaite à personne d’aller en prison. C’est une situation compliquée et délicate, c’est le pire endroit possible. Je ne souhaite à personne d’y aller mais f**k 6ix9ine! ».

What about music ?

Toutes ces circonstances affectent logiquement sa carrière musicale et la date de sortie officielle de son album. C’est le 28 novembre dernier qu’un post sur son Instagram publié par son équipe annonce la sortie de « Dummy Boy » sur toutes les plateformes de streaming. Sa nouvelle équipe de management n’est pas encore connue, rappelons qu’il avait licencié toute son équipe et annulé sa tournée américaine quelque temps avant d’être arrêté. Il déclara sur Instagram en vidéo le 18 novembre « j’ai viré tout le monde. Je n’ai plus de manager, plus d’argent, plus de publiciste. Je n’ai plus personne dans mon équipe. Dorénavant, c’est moi et moi seul. » Dans son nouvel album, la chanson « Kika » en collaboration avec Tory Lanez prouve que le rappeur n’a plus aucun droit de dire « Tr3yway ». Dans l’outro, on entend clairement Tekashi commencer à le dire, alors que Tory Lanez lui rappelle qu’il ne peut plus le faire. Le rappeur en a clairement joué lors de l’écriture de son album. On le remarque également dans son featuring avec Kanye West et TrifeDrew « Kanga » lors de l’interlude :

« It’s fuckin’ Tr—
Oh wait, I forgot you can’t say that shit
You can go start with everything else that start with a T, though
It’s fuckin’ Trojan
It’s fuckin’ Target
It’s fuckin’—
Hahahaha
 » (KIKA)

« How Ye? How Ye? How, Sway? Nigga it’s fucking-
Yo, chill, chill, chill, chill, chill, woah, woah, woah
You cannot say that, bro, c’mon
 » (KANGA)

6ix9ine, en respectant les règles qui lui sont imposées quant à son gimmick « Tr3yway », souhaitait garder sa liberté de produire sa musique. Toutefois, son attrait pour la provocation, illustré dans ces deux chansons, se réitère constamment. Ici, c’est en prononçant presque le mot interdit qu’il tend à surprendre, défier ou bien faire rire son auditoire. Mais peut-on vraiment rigoler avec la justice américaine?

Tess Volet