Amérique du Sud Asie Jeunesse Monde Voyage

Zellidja, une bourse pour voyager à travers le monde

La bourse Zellidja permet à de nombreux jeunes, âgés entre 16 et 20 ans, de voyager seuls, vers la destination de leur choix et de mener à bien un projet qu’ils ont eux-mêmes défini. L’objectif est de leur donner, par une aide financière, une opportunité de voyager, de devenir autonome et de prendre confiance en soi. Afin d’y voir plus clair sur la bourse Zellidja, nous avons pris contact avec Armelle. Passionnée de peinture, elle a bénéficié de la bourse l’été dernier et a embarqué dans le bateau de l’association « Sirkus Laut », avec comme point de départ la Malaisie, dans l’intention de voir comment ce changement de mode de vie pouvait influencer son art.

Armelle, que fais-tu dans la vie ?

J’ai terminé mes études en juin dernier, je faisais un diplôme des métiers d’arts (DMA) à Marseille. Je suis régisseuse de spectacle à Tours et je continue à réaliser des projets dans ce domaine.

Comment as-tu entendu parler de la Bourse Zellidja ?

Mon grand frère a été l’initiateur de mon projet puisqu’il avait été boursier, il m’en a parlé et m’a vivement conseillé de me lancer et comme j’étais sur l’année de mes 20 ans c’était l’occasion ou jamais.

Comment est née l’idée ton projet ?

Au moment de construire le dossier de candidature j’avais envie de partir partout, mais l’objectif restait l’art. Je me suis rendu compte que j’avais envie de travailler sur comment mon environnement pouvait influencer mon art. J’ai donc eu l’idée de partir en bateau, ce qui constitue davantage un moyen de transport qu’une destination de voyage.

À Marseille, j’ai découvert l’association « Sirkus Laut » qui est un bateau-spectacle. Je suis entrée en contact avec Iris la porteuse du projet qui m’a bien accueillie.

C’est comme ça qu’est né le projet « partir en mer pour la création ». Dans mon idée j’allais essayer de vivre quelque chose de complètement nouveau et voir comment ça allait influencer ma création. Comme le font les artistes de cirque à bord.

Quelles ont été les démarches à suivre pour obtenir la bourse ?

Dans le dossier il est important de préciser où tu veux aller, comment tu comptes te déplacer… L’important est de montrer ce que tu vas y faire. 

Tu déposes un dossier en décembre, tu reçois une réponse en Mars et tu passes devant les jurys de ta région qui s’assurent de la solidité de ton projet et le valide ou pas. Une des conditions est de partir seul, il est impossible de rejoindre sa tante en Angleterre, ce n’est pas l’objectif du projet. Pendant le voyage tu dois tenir un journal de bord et un cahier de compte et informer les responsables de la bourse de l’avancement du voyage et si tout se passe bien. Il faut ensuite rendre le carnet et le cahier de compte. Le but est de nous encourager à être le plus autonome possible.

Quelle a été la durée de ton voyage ?

On peut partir de mai à octobre. Je suis partie de Marseille le 3 août et je suis rentrée le 5 septembre.

Tu es restée sur le bateau pendant le mois ?

Oui j’ai rejoint l’équipage à l’Ouest de la Malaisie à Muar. On a ensuite rejoint une île qui s’appelle Tioman. On vivait donc sur le bateau mais on avait un accès à l’île que l’on pouvait visiter comme on voulait.  

Qui étaient les autres passagers à bord ?

Pendant la navigation on était 5, Iris la présidente de l’association, les artistes Fakundo et Mélanie et Martin le navigateur. Mais durant les 5 mois de navigation il y a eu beaucoup d’artistes qui ont participé à « Sirkus Laut ».

Combien d’argent as-tu dépensé au total ?

J’ai dépensé plus que la bourse parce que les billets d’avions sont très chers, que je me suis fait plaisir. J’ai ensuite décidé de visiter la Malaisie par moi-même en allant dans différentes villes où je me logeais en auberge de jeunesse, ce qui représente un coût.

Recommandes-tu d’avoir recours à cette bourse ?

Je le recommande évidemment, c’est une expérience superbe. Il faut être déterminé, audacieux et ne pas avoir peur de partir seul et savoir où on va. C’est le moyen idéal de satisfaire une envie de découvrir.

Avec le recul qu’est-ce que ce voyage t’a apporté ?

Ça m’a apporté de la maturité par rapport à la façon de percevoir un voyage, la gestion de l’argent, la liberté, l’autonomie. Arriver sur un bateau où tu ne connais personne ça te permet de créer des liens très forts, les gens sont bienveillants, ça attise la curiosité, il y a une envie de tout découvrir, tout goûter.

Sur le bateau j’ai fait beaucoup de petites peintures, de croquis. Je prépare une exposition qui marquera la fin de mon voyage et de cette aventure, cela se passera à Marseille où tout a commencé, au printemps.

49547405_275263549815907_2809001249733607424_n

Justin Le Gourriellec

0 comments on “Zellidja, une bourse pour voyager à travers le monde

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :