Et si on réalisait nos rêves en 2019 ?

Dans une société toujours plus pessimiste pour l’avenir des jeunes, il semble bon de garder des projets et de faire ce qu’il vous plait. Beaucoup de jeunes aujourd’hui, dans le monde entier, n’osent pas rêver, n’osent pas se lancer dans ce qui les a toujours motivé. Pourtant, certains se jettent à l’eau et cela leur réussit plutôt bien. Prenons exemple : Le Halo Magazine a rencontré une jeune espagnole, Sandra González Nicolás, qui a réalisé son rêve et créé sa propre marque de vêtements.

Son histoire

Sandra González Nicolás a 21 ans, elle étudie la publicité et les relations publiques à Murcie et elle a créé sa propre marque de vêtements à 18 ans. Cette jeune femme est très créative, depuis toute petite elle est passionnée par la mode. Elle aime fabriquer des choses. Elle pensait plus jeune qu’à 30 ans ou 40 ans elle pourrait peut-être avoir sa propre marque, et son rêve s’est réalisé beaucoup plus tôt que prévu. Sa marque a vu le jour en cours, quand elle a commencé à dessiner son éventuel futur logo : un cintre avec ses initiales. Ce premier petit pas dans le concret l’a inspiré et elle s’est ensuite lancée dans la création de hauts, qu’elle a vendus petit à petit à des amis. En effet, la plupart des vêtements qu’elle crée se basent autour de ce symbole, le cintre, reflet de son amour pour la mode et les vêtements. Son autre nouveau produit phare est le plastique, ses hauts et ses tenues sont basés sur ce matériau. Elle se sert également beaucoup de l’impression 3D pour le design de ses vêtements. Elle fait elle même ses impressions, puisque elle a appris, grâce à une association, à utiliser ce type de machines. Ses vêtements sont très originaux et sortent clairement de l’ordinaire. Notre jeune talent avoue adorer ce qui est bizarre et différent.

Les créations de Sandra
© Cese Perez

Ce qui fait que Sandra a réussi, c’est qu’elle a toujours saisi les opportunités. S’il y a un événement qui lui permet d’exposer sa marque, elle y participe. Et elle ne fait pas ça pour gagner mais pour être satisfaite du travail qu’elle a fourni, pour être satisfaite de pouvoir le faire. Selon elle, le plus important dans le monde de la mode c’est la motivation. Sans motivation, on ne peut pas être remarqué puisque si on ne se montre pas déterminé, les autres n’ont pas envie de s’intéresser à ce que l’on fait. Il semble que ce conseil peut s’appliquer à tout type de projet. Elle est essentielle dans chaque entrepreneuriat.

La création de la marque n’a pas été difficile. Sandra a déposé un brevet en ligne pour ne pas qu’on la copie et la rendre officielle. Ce n’est pas ce qui a été le plus compliqué selon elle.

Savoir qu’il y a toujours des difficultés

La marque est jeune et Sandra aussi. Elle tend à améliorer ses produits et ne peut donc toujours pas les commercialiser. Et tout cela nécessite beaucoup de temps et un peu d’argent évidemment. Elle avoue qu’il est parfois compliqué de gérer son commerce car elle reste la fille de dix huit ans du départ, mais, elle ne se dit pas pressée, elle souhaite prendre son temps pour faire les choses bien. Ce qui est difficile aussi pour elle est de trouver le juste milieu entre l’université et son activité. Pour elle, le temps qu’elle y consacre ne suffit pas pour l’instant.

Contrairement à ce que l’on peut penser, Sandra ne subit aucune critique désagréable. Toutes celles qu’on a pu lui faire ont toujours été constructives. Il s’agit peut être aussi d’un état d’esprit à avoir dans ce milieu, prendre les remarques comme elles viennent et s’en servir pour créer du positif. Ses amis et sa famille l’encouragent et l’aident beaucoup. Elle est bien entourée et cela compte beaucoup dans sa réussite. D’ailleurs, cette motivation et ce tempérament lui ont permis de participer à de nombreux événements, de gagner des prix et de se faire connaitre petit à petit grâce à une bonne médiatisation.

Les créations de Sandra
© Cese Perez

Un futur prometteur

Concernant le futur proche de Sandra, elle compte développer sa marque grâce à une plus grande diffusion. Elle voudrait se servir des réseaux sociaux, d’un blog ou d’un site pour rendre plus visible et mettre en valeur ses créations.

Son objectif le plus lointain est de vivre de sa passion et de sa marque. Pour l’instant, elle dit aimer vivre du présent, se dire qu’elle avance pas à pas à travers sa participation à des foires (feria en espagnol). Ce qu’elle veut c’est arriver à la fin, satisfaite de ce qu’elle a fait, de son parcours et pouvoir vendre des produits à son image.

Elle n’est pas la seule

Sandra n’est pas la seule à réaliser son rêve. Récemment elle a participé à une feria municipale de jeunes entrepreneurs. De nombreux projets étaient présentés, comme des nouvelles technologies, des applications mobiles, des œuvres d’art, et des vêtements. Cette feria représente un espoir pour les jeunes de la région, l’espoir que tout rêve est réalisable.

Dans son domaine, elle n’est pas la seule non plus. Quelques jeunes de la région ont décidé de se lancer dans leur création. Ils créent chacun des vêtements de différents aspects, certains sont élégants et d’autres revendicateurs. « Ils transmettent ce qu’ils sont. » Cela montre que réaliser son rêve permet aussi de se créer son identité et de devenir ce que l’on veut être. Il faut seulement se le permettre, se donner la possibilité de réaliser son rêve.

Les créations de Sandra
© Cese Perez

Les conseils de Sandra

On a demandé à Sandra ce qu’elle dirait à ceux qui souhaitent se lancer dans un projet comme le sien, et non nécessairement dans la mode, et elle a répondu :

« Je leur recommanderais de croire en eux. Il faut qu’ils aient la motivation, qu’ils luttent, qu’ils n’aient pas honte, qu’ils soient courageux et surtout qu’ils aiment. S’ils aiment, le reste, c’est du plus. »

Alors, pour 2019, Le Halo Magazine vous souhaite de réaliser vos rêves, comme Sandra !

Clémentine Miquelot