Avant toute chose il me semble nécessaire de préciser que s’intéresser à la couleur politique d’un genre musical peut, à première vue, paraître incongru, comme n’importe quelle entreprise de catégorisation politique d’un art dans sa globalité. Il sera néanmoins entrepris dans cet article de dresser le portrait politique du rap français. Cela s’avère à mon sens être intéressant en raison, notamment, de la place particulière qu’occupe le rap de par sa nature historiquement politique et par la place qu’il occupe sur le champ médiatique pour des raisons que l’on peut qualifier de « politiques » (débats sur la laïcité, sur « l’identité nationale », le (néo)colonialisme, les inégalités, la précarité, etc.).

L’un des albums rap les plus attendus de l’année est sorti ce vendredi 15 juin 2018. Son auteur ? Le Belge Damso. Oui, Damso le misogyne, le vulgaire,  »C’lui qu’ta daronne traite de racaille ». Propulsé par son écriture sale, son univers sombre et profond et par Booba, le rappeur a sans doute acquis une notoriété auprès du grand public davantage par les critiques que par la musique (il devait en effet composer l’hymne du Mondial pour l’équipe de Belgique mais des associations féministes s’y sont vivement opposées poussant l’annulation de la diffusion du titre Humain). Lithopédion se veut pourtant être la suite d’Ipséité, son précédent album, dans la tentative de décrire son état psychologique, par rapport à la vie mais aussi par rapport au succès. C’est cette introspection rappée que nous proposons d’éclairer afin de dépasser les a priori sur le rap de Damso.

Alors que l’euroscepticisme galope sur notre continent, il est de ces événements nous remémorant que l’Union Européenne ne se résume pas qu’à une affaire de politiques budgétaires et de gros sous. L’Europavox, c’est une volonté de ceux qui croient en une culture européenne et notamment musicale, loin des polémiques, plus proche des gens et de leurs préoccupations ; danser la musique, célébrer les jours chauds à Clermont Ferrand de ce jeudi 28 juin au dimanche 1er juillet.