Vendredi 20 janvier, aux alentours de 18 heures, arrêt de tram Jacobins-Quinconces, près de mon lycée-prépa. Je sors mon bloc-notes de ma sacoche en cuir et relis mon vocabulaire d’anglais, en attendant l’arrivée imminente du tramway (dont le forfait étudiant est de 25 euros par mois…). Un homme s’avance vers moi sans que je ne m’en rende compte : c’est Vlad. Je ne le connais pas, lui non plus. Mais c’est Vlad. Et il fait l’objet de cet article.