Avant toute chose il me semble nécessaire de préciser que s’intéresser à la couleur politique d’un genre musical peut, à première vue, paraître incongru, comme n’importe quelle entreprise de catégorisation politique d’un art dans sa globalité. Il sera néanmoins entrepris dans cet article de dresser le portrait politique du rap français. Cela s’avère à mon sens être intéressant en raison, notamment, de la place particulière qu’occupe le rap de par sa nature historiquement politique et par la place qu’il occupe sur le champ médiatique pour des raisons que l’on peut qualifier de « politiques » (débats sur la laïcité, sur « l’identité nationale », le (néo)colonialisme, les inégalités, la précarité, etc.).

Deux ans après la tentative de coup dEtat par une partie de l’armée le 15 juillet 2016 en Turquie, le président Recep Tayyip Erdogan ne semble pas avoir lâché une once de pouvoir. Le régime turc a basculé ces dernières années vers un renforcement croissant de l’autorité du chef de l’Etat, au point de passer d’un régime parlementaire à un régime présidentiel. Après l’élimination des médias, des intellectuels, des membres de la fonction publique et des hommes politiques présumés hostiles au régime, les élections présidentielles du 24 juin 2018 étaient une des dernières étapes pour le projet d’Erdogan. Quelle situation politique pour la Turquie deux ans après cet événement ?

Internet, cet outil formidable qui nous donne un accès presque quasi illimité au reste du monde, a progressivement soumis chacune de nos habitudes à ses caractéristiques. Que ce soit pour le relationnel, le professionnel, l’information ou les connaissances, rien n’échappe à internet, même les vices les plus malsains qui empoisonnent l’humanité. Mais internet c’est aussi un pouvoir, et les militants l’utilisant comme une sorte de pupitre de conférence ouvert sur le monde l’ont bien compris.

Grâce à une nouvelle génération plus engagée que jamais, la politique devient un concept de collection haute couture et prêt-à-porter et une véritable mode vestimentaire chez les jeunes. L’industrie de la mode tenterait-elle d’œuvrer pour un monde meilleur ? Entre défilés engagés, mannequins militants et t-shirts slogan, l’engagement politique semble passer aussi par une façon de s’habiller.